Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

Tout savoir sur la luminothérapie

Posté par Franck

De plus en plus de gens entendent parler des bienfaits de la luminothérapie pour la santé et cherchent donc à en savoir plus sur cette méthode simple à mettre en oeuvre, non invasive et qui obtient des résultats probants pour traiter plusieurs pathologies. Il est également légitime de se demander comment le fait d'exposer son visage ou son corps à la lumière d'une lampe de luminothérapie peut contribuer à soulager des patients atteints de dépression saisonnière, de fatigue chronique ou de dérèglement de l'horloge interne provoquant des troubles du sommeil.

Nous vous proposons donc de répondre à de nombreuses questions sur la luminothérapie, en abordant ses origines historiques, ses principes de fonctionnement, son rayon d'action et les caractéristiques techniques de la lumière diffusée par les lampes de luminothérapie. Vous trouverez également dans cette page des éléments de réponse au sujet de la reconnaissance médicale et sur la législation entourant l'utilisation de la lumière pour améliorer votre état de santé.

Qu'est-ce que la luminothérapie ?-1

Les origines de la luminothérapie

De nombreuses civilisations avant nous ont totalement intégré et compris l'importance de la lumière du soleil pour maintenir l'organisme humain en bonne santé. Que ce soit en Inde, en Grèce antique, en territoire Inca ou en Egypte, il existe de multiples traces écrites de l'utilisation instinctive de l'exposition aux rayons du soleil à des fins thérapeutiques.

Il faudra ensuite attendre de nombreux siècles pour voir les premières recherches sur les effets de la lumière, des recherches rendues possibles grâce à des inventions aussi déterminantes que l'électricité et les ampoules. Tout commence avec les travaux d'un médecin danois, Niels Finsen, qui dès 1903, reçoit le Prix Nobel de médecine pour ses importantes découvertes scientifiques sur les bienfaits de la lumière naturelle. Puis, en 1984 aux Etats-Unis, le docteur Norman E. Rosenthal et ses collègues du National Mental Health Institute procèdent aux premiers essais sur leurs patients touchés par la dépression, en les exposant à une ampoule fluorescente recouverte d'un filtre en plastique, créant ainsi la première lampe de photothérapie.

Les résultats concluants et parfois spectaculaires de l'effet de la lumière diffusée par leur appareil font de Norman E. Rosenthal l'homme qui a inventé la luminothérapie, dénomination actuelle de la photothérapie. C'est finalement en 2006 que l'Association Américaine de Psychiatrie annonce la reconnaissance officielle de la luminothérapie comme traitement efficace contre plusieurs troubles du sommeil et la dépression saisonnière.

Le fonctionnement de la luminothérapie

Le principe de fonctionnement de la luminothérapie repose sur l'exposition des patients à une lumière reproduisant celle du soleil, apportant donc les mêmes effets que ceux de la lumière naturelle.

Lorsque la lumière pénètre dans l'organisme par les yeux, elle influence directement le rythme circadien, autrement dit le cycle qui régit nos phases d'éveil et de sommeil, de sécrétion d'hormones telles que la mélatonine et la sérotonine, ou encore notre température corporelle. De nombreux facteurs peuvent perturber notre horloge biologique interne, au point d'engendrer un dérèglement de celle-ci, entrainant des troubles du sommeil et des symptômes associés.

L'action principale de la luminothérapie, par l'intermédiaire de séances quotidiennes de quelques minutes, consiste donc à resynchroniser notre horloge interne avec le cycle du jour et de la nuit, améliorant ainsi la qualité du sommeil et luttant contre la fatigue, parfois chronique, qui apparait lorsque notre corps n'est plus en harmonie avec le rythme naturel du soleil. Selon les cas (avance ou retard de phase), il sera préférable d'effectuer une séance le matin, ou au contraire, en fin d'après-midi.

Par ailleurs, la luminothérapie fonctionne de façon à envoyer au cerveau des signaux électriques, les neurotransmetteurs, qui permettent à notre corps de sécréter différentes hormones au bon moment. En journée, la lumière favorise la sécrétion de la sérotonine, positive pour le moral et pour l'humeur. La sécrétion de sérotonine est également primordiale au bon fonctionnement de l'organisme, car elle influence la production de mélatonine, hormone indispensable pour bénéficier d'un sommeil bien réglé et réparateur.

De manière plus générale, la luminothérapie est également considérée comme un traitement efficace pour renforcer le système immunitaire, pour activer la croissance cellulaire et participer à la cicatrisation de la peau.

Dans quels cas utiliser la luminothérapie ?

Comme nous venons de le découvrir, l'invention de la luminothérapie est intimement liée à la recherche d'un traitement contre la dépression saisonnière. Cette forme de dépression touche des millions de personnes à travers le monde, essentiellement dans l'hémisphère nord, région du monde particulièrement touchée par la diminution de la luminosité durant l'hiver.

La dépression saisonnière, ou blues de l'hiver, se traduit par un dérèglement de l'horloge interne des patients atteints, faisant augmenter durant la journée la sécrétion de mélatonine, l'hormone du sommeil, provoquant fatigue, baisse d'énergie et troubles de l'humeur et du sommeil. L'action de la luminothérapie permet donc de remettre l'horloge biologique en accord avec les cycles du jour et de la nuit.

Par extension, la luminothérapie est utilisée pour la dépression non saisonnière, en association avec les traitements médicaux de cette pathologie, dans le but de diminuer le dosage des médicaments et de régler divers symptômes associés, tels que les problèmes de sommeil.

Il est également indiqué de faire appel à la luminothérapie pour tous les troubles du sommeil, quelle que soit leur cause (jetlag, travail de nuit, insomnie), mais aussi pour améliorer la santé des victimes de fatigue chronique, de douleurs articulaires et musculaires ou du syndrome prémenstruel.

L'utilisation de la luminothérapie se retrouve également en dermatologie, du fait de son effet positif sur la peau pour faciliter la cicatrisation des plaies et blessures, pour traiter l'acné sévère et les imperfections de la peau, ou pour activer le système cellulaire et lutter ainsi contre les rides.

Qu'est-ce que la luminothérapie ?-2

Le matériel de luminothérapie

Si vous effectuez vos premières recherches sur les lampes de luminothérapie, vous constaterez sûrement la large prédominance de lampes affichant une intensité lumineuse de 10000 lux. Pour rappel, le lux est l'unité de mesure caractérisant une lumière reçue, ce qui signifie que plus l'on s'éloigne d'une lampe de luminothérapie, plus la quantité de lux diminue.

Par conséquent, si l'on prend l'exemple d'une séance de luminothérapie type, soit 30 minutes d'exposition à 25 cm d'une lampe de 10000 lux, il faudra rallonger le temps d'exposition si l'on se place à 40 cm de la source de lumière. Il en est de même pour les lampes de 5000 lux ou autre intensité, qui nécessiteront des séances plus longues pour obtenir les mêmes résultats et les mêmes bienfaits.

Les lampes de 10000 lux sont devenues la norme, car elles correspondent au standard cliniquement recommandé pour une séance à l'efficacité optimale, soit 30 minutes d'exposition, à hauteur des yeux, à un horaire à définir en fonction du trouble constaté.

Quels sont les types de lumières utilisées en luminothérapie ? Il existe plusieurs couleurs de lumières, mais l'immense majorité des lampes de luminothérapie diffusent une lumière blanche, dite à "large spectre", afin de correspondre le plus possible avec la lumière du soleil pour bénéficier des mêmes qualités et des mêmes effets positifs sur l'organisme.

Toutefois, les lampes sont conçues pour filtrer une grande partie des rayons ultraviolets, ces mêmes rayons responsables du bronzage, mais aussi de dommages pour la peau et les yeux en cas d'exposition trop fréquente ou prolongée.

Il est également possible de trouver des lampes à lumière bleue, qui selon certaines sources scientifiques seraient légèrement plus efficaces, mais qui selon d'autres sources, pourraient comporter des effets secondaires pour les yeux.

La reconnaissance de la luminothérapie par le corps médical

Que dit la médecine de la luminothérapie ? Devant l'accumulation des bons résultats constatés et à la suite à de nombreuses études menées ces dernières années, le corps médical est de plus en plus sensible à la thérapie par la lumière qui, par nature, est un dispositif représentant une alternative ou un complément aux traitements médicamenteux.

Les médecins, les spécialistes du sommeil ou les psychiatres sont donc habilités à prescrire des séances de luminothérapie, d'autant plus qu'ils sont, en toute logique, les mieux placés pour diagnostiquer un trouble et établir le déroulement des séances (horaire, durée, intensité). L'accompagnement médical permet également aux patients de suivre l'efficacité du traitement, permettant de l'adapter ou de le modifier au besoin.

De plus, la luminothérapie trouve un rôle à jouer dans la volonté affirmée du Ministère de la Santé français, qui dans un "rapport sur le sommeil" de 2006, incite le corps médical à favoriser toute thérapie alternative aux traitements médicamenteux. De plus, ce rapport souligne le manque de formation des médecins généralistes face aux troubles du sommeil et à leurs conséquences sur la santé, proposant de rajouter un enseignement à ce sujet dans leur cursus.

Tout laisse donc penser que la luminothérapie sera de plus en plus prescrite et utilisée dans un cadre médical, dans la foulée des Etats-Unis, où, comme nous l'avons souligné précédemment, la luminothérapie est officiellement reconnue comme un traitement efficace contre la dépression saisonnière et plusieurs troubles du sommeil.

La législation encadrant la luminothérapie

Les séances de luminothérapie pratiquées à l'hôpital, en centre médical ou de bien-être ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Seules quelques mutuelles proposent un remboursement des séances effectuées en milieu hospitalier. Il en est de même pour la luminothérapie à domicile, l'achat d'une lampe n'étant pas éligible à un remboursement.

Une législation européenne réglemente la qualité des lampes de luminothérapie, prenant la forme d'une norme (93/42/CEE), garantissant le fait que la lampe n'émette pas de rayons ultraviolets. Nous ne pouvons que vous inciter à rechercher la mention de cette norme sur le descriptif du produit avant de faire l'achat ou l'utilisation d'une lampe de photothérapie pour éviter les effets indésirables des ultraviolets sur la peau et les yeux.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente
Lampe Helios 10 000 Lux
129,90 € 179,90 €
VOIR LE PRODUIT
Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente Lampe Helios 10 000 Lux
VOIR LE PRODUIT