Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

La luminothérapie au service de la production de sérotonine

Posté par Franck

L'être humain, à l'instar des autres espèces d'animaux, vit selon des rythmes biologiques définis par l'Evolution à la création de la vie qui régissent les principaux comportements cognitifs et végétatifs de l'Homme en synchronisation avec le cycle naturel, dont les principaux régulateurs sont l'alternance de périodes de jour et de nuit et les saisons.

Lorsque l'on parle de luminothérapie, on entend bien souvent parler de la mélatonine et de ses effets sur le corps lorsqu'elle est sécrétée de façon anormale, notamment l'hiver lorsque la lumière du soleil se fait plus rare (fatigue, troubles du sommeil et de l'humeur, dépression saisonnière, etc.). On vante les mérites de la luminothérapie sur l'inhibition de la sécrétion de l'hormone du sommeil et ses effets bénéfiques sur le dérèglement de l'horloge interne pour retrouver dynamisme et joie de vivre, mais quid de ses résultats sur la sérotonine ?

Découvrons ensemble quels sont les bienfaits de la luminothérapie sur la production de sérotonine.

Produire plus de sérotonine avec la luminothérapie-1

La lumière du soleil, le métronome naturel des rythmes biologiques

Parce que la Nature en a décidé ainsi, l'Homme (et les autres êtres vivants) vit selon des rythmes biologiques définis qui régulent les fonctions internes majeures du corps (température corporelle, respiration, circulation sanguine, rythme cardiaque, défenses immunitaires, etc.). L'horloge interne a donc un rôle important sur la santé et l'équilibre du fonctionnement de l'organisme.

Les rythmes biologiques sont calqués sur le cycle terrestre et notamment celui du soleil selon plusieurs périodicités :

  • 24 heures, pour le cycle principal (rythme circadien);
  • inférieur à 24 heures (rythme ultradien);
  • supérieur à 24 heures (rythme infradien).

La lumière du soleil étant le régulateur principal des rythmes biologiques, le corps réagit aux différentes variations de son environnement, comme les périodes de jour et de nuit ou le changement de saison.

Et parce que la Nature est bien faite, cette synchronisation est rendue possible grâce à la sécrétion par le cerveau et à la circulation dans le sang d'hormones dès qu'un changement environnemental (baisse de luminosité par exemple) est perçu par les différents récepteurs du corps (les yeux dans ce cas précis). Ces hormones agissent comme des messagers chimiques en réponse aux stimuli de l'environnement extérieur pour réguler l'horloge interne en transmettant les informations aux différents organes et cellules du corps afin qu'ils adaptent leur activité (les fonctions physiologiques essentielles).

Les principales hormones de la régulation du rythme biologique sont la mélatonine (ou l'hormone du sommeil), sécrétée dès que la lumière du soleil décroit et la nuit pour favoriser le sommeil, et la sérotonine (l'hormone dite de la bonne humeur), sécrétée dès les premiers rayons de lumière le matin et en journée pour booster l'organisme.

La sérotonine, l'hormone de la bonne humeur et de la motivation

Considérer la sérotonine comme simple hormone de la bonne humeur est très réducteur, car elle est impliquée dans la régulation de nombreuses fonctions, que l'on attribue volontiers exclusivement à la mélatonine, mais dont elle est en réalité l'antagoniste (qui agit en l'absence de mélatonine) :

  • la thermorégulation (régulation de la température corporelle);
  • la régulation du cycle veille-sommeil (par le maintien de l'état de veille);
  • la régulation des comportements alimentaires et sexuels (activités que l'on n'est pas censé faire la nuit durant le sommeil);
  • le contrôle de la douleur;
  • la régulation des troubles de l'humeur, dont l'anxiété et la colère;
  • le contrôle de la peur, des phobies et de la prise de risque (elle est donc indispensable à la survie de l'Homme et des mammifères en général);
  • le contrôle-moteur et prise de décision;
  • le développement de l'embryon chez la femme enceinte (un déséquilibre en sérotonine serait la cause de 50 % des cas de mort subite du nourrisson).

La sérotonine est un neurotransmetteur et un neuromodulateur produit et stocké par un certain type de neurones (les neurones du noyau de raphé) dont le rôle est de moduler la communication entre les différents neurones du cerveau, ce qui explique pourquoi nous avons l'impression d'être plus heureux l'été.

En effet, l'exposition au soleil (notamment la lumière bleue) augmente la production de sérotonine et facilite donc la connectivité du cerveau (communication entre les neurones), notamment entre l'amygdale (qui régule les émotions) et l'hypothalamus (impliqué dans le fonctionnement de l'humeur et de la motivation).

Les neurones de raphé étant actifs uniquement le jour sous l'effet de la lumière du soleil, la production de sérotonine implique donc une exposition régulière. De plus, sa sécrétion par les neurones de raphé, en qualité de potentiels d'action, est corrélée à l'activité motrice, c'est-à -dire qu'elle augmente lorsque le corps est en action.

Produire plus de sérotonine avec la luminothérapie-2

La luminothérapie, quand le soleil se fait timide

Quand la lumière du soleil est trop faible, le corps, qui interprète ce changement de l'environnement comme l'arrivée de la nuit et de la phase du sommeil, sécrète alors de la mélatonine pour ralentir, ou booster dans certains cas, les fonctions physiologiques (énergie, appétit, stress via l'inhibition de la production de cortisol, température corporelle, etc.). Le sommeil et le manque d'entrain se font donc ressentir.

Cela est tout à fait normal (cycle circadien jour-nuit), excepté quand ce phénomène se produit en journée, comme cela arrive plus facilement l'hiver avec une exposition moindre au soleil et une durée d'ensoleillement plus courte.

La perte de l'équilibre entre le cycle terrestre et l'horloge interne, lorsqu'il perdure, occasionne un dérèglement des rythmes biologiques ayant pour conséquences des problèmes cognitifs :

  • troubles de l'humeur (irritabilité, baisse de moral, etc.);
  • trouble de l'attention(qui s'explique également par la baisse de cortisol en début d'après-midi);
  • troubles anxieux;
  • symptômes de dépression ou dépression saisonnière;
  • stress;
  • fatigue chronique;
  • insomnie ou troubles du sommeil;
  • etc.

C'est pourquoi la luminothérapie constitue un traitement efficace lorsque l'exposition à la lumière naturelle n'est pas suffisante. Elle permet de réduire la sécrétion de mélatonine en journée, au profit de la production de sérotonine.

Utilisée à ses débuts, en 1984 aux Etats-Unis, dans le traitement de patients souffrants de SAD (light seasonal affective disorder), la dépression saisonnière, la luminothérapie est aujourd'hui utilisée à de nombreuses fins.

Il s'agit d'un traitement basé sur l'utilisation d'une lumière artificielle de haute intensité (de 2500 Lux à 10000 Lux) récréant intégralement la lumière naturelle du soleil. Pour des raisons de sécurité en matière de santé et ses effets néfastes sur les yeux et la peau, la lumière des lampes (ou lunettes) de luminothérapie est déchargée de ses infrarouges et rayons ultra-violets.

Le principe de fonctionnement est simple : le patient doit exposer son visage, yeux ouverts afin de permettre l'absorption de la lumière par la rétine, à une lampe dédiée à une utilisation en luminothérapie (respect de normes de sécurité, intensité lumineuse spéciale, couleur et largeur du spectre précis, etc.) durant une période définie (30 minutes pour une lampe d'intensité de 10000 Lux, 1 heure pour une lampe de 5000 Lux, et ainsi de suite), idéalement le matin, ou à défaut en début d'après-midi, mais en aucun cas le soir, sous peine d'avoir des problèmes de sommeil (sauf pour les personnes travaillant de nuit, la luminothérapie peut alors les aider à rester actifs).

Nous vous recommandons ces autres pages :

Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente
Lampe Helios 10 000 Lux
129,90 € 179,90 €
VOIR LE PRODUIT
Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente Lampe Helios 10 000 Lux
VOIR LE PRODUIT