Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

Choisir la luminothérapie pour soigner sa dépendance à l'alcool

Posté par Franck

L'alcoolisme est une maladie reconnue par l'Organisation mondiale de la santé depuis 1978. Elle peut entraîner de nombreuses autres maladies comme des cancers, des troubles cognitifs, des cirrhoses, etc. Les bienfaits de la luminothérapie sont reconnus par la communauté médicale en France et dans le monde entier pour soigner différentes maladies, comme la dépression saisonnière.

Mais saviez-vous que ce type de thérapie est également recommandé pour soigner la dépendance à l'alcool ? Nous vous proposons de découvrir les différentes études scientifiques réalisées sur l'alcoolisme et la luminothérapie. Nous vous détaillerons également les solutions existantes pour mieux gérer son alcoolisme avec la luminothérapie.

Mieux gérer son alcoolisme avec la luminothérapie-1

Alcoolisme et luminothérapie : ce qu'en disent les études scientifiques

De nombreuses études scientifiques se sont attachées à démontrer les liens entre consommation d'alcool et taux d'ensoleillement. En effet, des chercheurs ont lancé des programmes afin de quantifier la consommation d'alcool par pays. Ils ont ainsi pu lister les pays ayant un plus fort taux d'alcoolisme. Puis ils ont rapproché ces données du taux d'ensoleillement quotidien. Leurs conclusions sont unanimes : la consommation d'alcool est plus importante dans les régions moins ensoleillées.

Voici les principales études qui ont conduit à cette conclusion :

  • l'étude de l'université de Pittsburgh publiée en ligne dans "Hepatology";
  • la conférence du Dr Pierre Alexis Geoffroy au congrès de l'Encéphale en 2020;
  • l'étude parue en 1993 dans le "Journal of Clinical Psychiatry".

Dans la première étude, on peut lire : "Il s'agit de la première étude qui démontre systématiquement que dans le monde entier et en Amérique, dans les régions les plus froides et les régions moins ensoleillées, on boit plus." La troisième étude rapporte que lorsque l'être humain est privé de lumière, il a davantage envie de consommer de l'alcool.

Mais quel est le rapport entre la prise d'alcool et la luminothérapie ? En quoi ces différentes études prouvent-elles que la luminothérapie peut vaincre la dépendance à l'alcool ?

Pour répondre à ces interrogations, il faut connaître les effets de la luminothérapie. Tout commence en 1984, aux Etats-Unis, lorsque Norman E. Rosenthal découvre que la luminothérapie soigne la dépression saisonnière.

Les relations entre dépression saisonnière et dépendance à l'alcool

La dépression saisonnière intervient entre les mois d'octobre et de mars, qui correspondent à l'automne et à l'hiver. Au cours de cette période, les jours raccourcissent et le taux d'ensoleillement diminue. Les études réalisées par le Docteur Norman E. Rosenthal ont prouvé qu'exposer un patient à une lumière proche de celle du soleil guérit de la dépression saisonnière.

Qu'est-ce que la dépression saisonnière ?

Chaque être humain est commandé par son horloge interne. Cette dernière fonctionne grâce à la lumière du soleil. Ainsi, la production de mélatonine varie en fonction du moment de la journée. Par exemple, elle est plus importante en fin de journée afin de signifier au corps qu'il est le moment de se coucher. Mais si l'horloge interne est déréglée, la mélatonine n'est plus produite au bon moment.

La dépression saisonnière correspond à cet état : le manque de lumière qui se traduit par un manque d'énergie, une baisse de moral, etc. Cet état de dépression se soigne grâce à la luminothérapie. En effet, la luminothérapie procure la lumière qui manque en automne et en hiver. Grâce à ce traitement, les patients peuvent régler leur horloge interne et vivre sereinement la période hivernale.

En quoi le traitement de la dépression saisonnière est-il utile pour vaincre la dépendance à l'alcool ?

La dépression saisonnière survient en automne et en hiver lorsque la lumière est moins importante. Les études scientifiques et le corps médical ont observé que l'alcoolisme est plus important dans les régions moins ensoleillées. De plus, le sevrage d'alcool peut entraîner un état de dépression.

C'est pour ces raisons que le corps médical oriente les patients souffrant d'alcoolisme ou étant en période de sevrage vers des séances de luminothérapie. L'utilisation d'une lampe compense l'absence de soleil et aide à lutter contre la dépression. De plus, l'exposition à cet éclairage crée un contexte plus favorable pour diminuer l'envie de boire.

L'utilisation d'une lampe de luminothérapie est recommandée par les psychiatres pour soigner la dépression. Dans le cas de l'alcoolisme, elle permet également d'éviter la prise de médicaments comme des anti-dépresseurs. Le patient qui souhaite maîtriser son alcoolisme peut ainsi anticiper la dépression liée au sevrage.

Mieux gérer son alcoolisme avec la luminothérapie-2

Comment utiliser la luminothérapie pour diminuer sa dépendance à l'alcool ?

Pour diminuer sa dépendance à l'alcool, il faut utiliser la luminothérapie à bon escient. Nous allons voir précisément comment utiliser la luminothérapie pour mieux gérer son alcoolisme.

Le rôle du médecin dans l'utilisation de la luminothérapie

Le rôle du médecin est d'entourer le patient. A n'importe quel âge, lutter contre l'alcoolisme est un parcours très compliqué. Le sevrage peut entraîner du stress, de l'anxiété, des troubles du sommeil, etc. Tous ces symptômes peuvent décourager voire créer des situations difficiles au travail ou dans la vie de tous les jours.

En apportant une aide concrète au patient, le médecin accompagne le patient dans sa guérison. Le corps médical a prouvé que la luminothérapie aide à gérer l'alcoolisme. Les effets positifs de ces traitements ont été relevés dans différentes études dont le médecin peut faire part au patient.

Le choix du matériel de luminothérapie

Pour que les traitements de luminothérapie soient efficaces, il faut que le patient dispose d'un matériel de qualité. Il devra ainsi porter attention à l'intensité lumineuse de la lampe. En effet, selon le nombre de lux de la lampe, l'exposition devra être plus ou moins importante. Par exemple, une lampe de 2500 lux nécessitera une exposition de 2 heures, tandis qu'une lampe de 10000 lux nécessitera une exposition de 30 minutes.

Lors de l'achat d'une lampe de luminothérapie, il faudra également porter attention au respect des normes européennes. Les lampes étant considérées comme des dispositifs médicaux, elles doivent être conformes à la norme 93/42/CEE. Cette norme garantit, entre autres, que les lampes ne diffusent pas de rayons ultraviolets. Ces rayons peuvent causer des dégâts irrémédiables sur la peau comme le cancer de la peau, des brûlures, etc.

L'exposition à la lampe de luminothérapie

L'exposition à la lampe de luminothérapie doit être faite tous les jours, le matin, au réveil. Contrairement aux traitements des troubles liés au décalage horaire ou au travail de nuit, les traitements liés à l'alcoolisme nécessitent une exposition le matin. Chaque matin, pendant le petit déjeuner par exemple, il conviendra de s'exposer à la lumière de la lampe.

Ce moment peut être l'occasion d'une relaxation plus intense du corps, puisqu'il est comme une parenthèse au cours de la journée, loin du stress du travail ou du rythme de la vie quotidienne. Pour le traitement, il ne sera pas nécessaire de regarder la lampe, il suffira de la positionner à hauteur des yeux et à une distance comprise entre 30 centimètres et 60 centimètres.

Pour conclure, les effets bénéfiques de la luminothérapie sur la santé ne sont plus à prouver, qu'il s'agisse de la dépression hivernale ou de l'alcoolisme. Ainsi, grâce à l'exposition à une lampe de luminothérapie, le patient peut vaincre son addiction à l'alcool et retrouver un rythme de vie normal.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente
Lampe Helios 10 000 Lux
159,90 € 99,90 €
VOIR LE PRODUIT
Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente Lampe Helios 10 000 Lux
VOIR LE PRODUIT