Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

La photothérapie par UV de catégorie A pour traiter les cancers cutanés

Posté par Franck

Dans de nombreux cas de figure, qu'il s'agisse de pathologies lourdes ou de troubles passagers, la photothérapie s'impose comme une solution potentielle permettant de soigner ou d'apaiser des symptômes sans avoir recours à un traitement médicamenteux. Si des patients atteints de maladies telles que Parkison ou Alzheimer peuvent profiter des bienfaits de la lumière, d'autres problématiques peuvent également bénéficier d'un traitement par exposition à des rayons lumineux. Les individus touchés par des problèmes de peau sont en effet en mesure de trouver en la photothérapie un moyen de soulager les effets de leur maladie.

Depuis plusieurs années maintenant, c'est notamment grâce à la PUVA-thérapie, ou puvathérapie, que les patients touchés par des affections cutanées sont pris en charge. Du fait de la spécificité de ce traitement et de ses effets bénéfiques, mais également indésirables à plus ou moins long terme, les ultraviolets A ne sont toutefois pas adaptés dans tous les cas de figure.

La PUVA-thérapie contre les cancers cutanés-1

La PUVA-thérapie, une branche spécifique de la photothérapie

La photothérapie regroupe un ensemble d'approches qui consistent à faire bénéficier le corps des bienfaits de la lumière. Si la luminothérapie est l'une des déclinaisons de la photothérapie les plus en vue, d'autres formes de cette médecine douce s'avèrent également pertinentes, à l'image de la PUVA-thérapie. En quoi consiste la PUVA-thérapie ? Il s'agit d'une sorte de chimiothérapie par la lumière, aussi appelée photochimiothérapie, qui doit son nom à l'association de divers termes :

  • psoralènes;
  • UVA;
  • thérapie.

Composés chimiques naturels, les psoralènes ont des propriétés photosensibilisantes et sont notamment utilisés dans le cadre de traitements par irradiation grâce aux ultraviolets. Un psoralène peut jouer un rôle sur la pigmentation de la peau grâce à sa capacité à rendre le tissu cutané plus sensible à la lumière. C'est en raison de cette propriété spécifique que les psoralènes sont régulièrement utilisés dans le traitement de certaines pathologies cutanées.

Dans la majorité des cas, c'est à des ultraviolets de catégorie A que sont associés les psoralènes. Ces ultraviolets ont des caractéristiques distinctives puisqu'il s'agit de rayons lumineux non visibles. Ils se distinguent par leur longueur d'onde, laquelle va de 315 à 400 nanomètres contre 280 à 315 nanomètres pour les UVB.

Une cure par association de psoralènes et d'UV de catégorie A s'étale sur une période relativement longue. Il s'agit en effet d'un traitement pour pathologies cutanées qui nécessite des séances planifiées à fréquence régulière. La durée peut s'étaler de plusieurs semaines à plusieurs mois en fonction de l'affection à traiter.

Traiter une maladie cutanée par photothérapie et exposition à des UVA

Avant toute chose, il est important de préciser que le recours à un traitement par UV de catégorie A nécessite l'avis préalable d'un médecin. Un professionnel de la santé doit en effet veiller à ce qu'une cure de PUVA-thérapie ne présente pas un risque trop élevé pour la santé du patient.

Une maladie cutanée peut se traduire par plusieurs symptômes. Les pathologies relatives à la peau sont en effet variées et peuvent avoir diverses manifestations. Une cure d'UV de type A peut être recommandée par un dermatologue dans le cadre de plusieurs affections. Pour ne citer que les dermatoses les plus récurrentes, il est possible d'évoquer :

  • le psoriasis;
  • la correction de cicatrices consécutives à de l'acné;
  • l'eczéma.

Dans d'autres cas de figure, à l'image du développement d'un lymphome, le spécialiste en dermatologie est également en mesure de donner des indications. Le médecin spécialiste des dermatoses peut ainsi mettre en place une séance régulière de PUVA-thérapie. Les traitements de ce type sont en effet pertinents dans le cadre de la prévention d'une tumeur. C'est le cas pour les patients diagnostiqués d'un lymphome, à l'image du lymphome T cutané (aussi appelé LTC) qui peut évoluer en cancer de la peau.

La PUVA-thérapie contre les cancers cutanés-2

Lymphome cutané à cellule T, une dermatose traitée par PUVA-thérapie

Un lymphome est une tumeur maligne. En France, les lymphomes ont une incidence de 13 cas pour 100000 patients, ce qui les place au septième rang des cancers. Il est toutefois important de distinguer les deux formes de lymphome les plus communes que l'on retrouve, à savoir :

  • les lymphomes de Hodgkin, qui sont les plus rares;
  • les lymphomes dits non hodgkiniens.

Derrière ces deux grandes familles de lymphomes, près d'une trentaine de lymphomes différents existent. Parmi ces lymphomes figurent les lymphomes T cutanés, eux-mêmes scindés en deux types distincts : le mycosis fongoà¯de et le syndrome de Sézary. Ces deux lymphomes évoluent directement au sein de l'épiderme et sont des plus rares. En France, le taux d'incidence est en effet limité à 0,9 cas pour 100000 personnes chez l'homme et seulement 0,5 cas pour 100000 individus chez la femme.

Tout savoir sur le cancer de la peau par lymphome T cutané

Le mycosis fongoà¯de est un lymphome cutané, à savoir un cancer de la peau. Ce lymphome se traduit notamment par des démangeaisons, qui peuvent se constater sur la peau par des lésions semblables aux symptômes d'un eczéma. Les zones concernées sont le plus souvent le tronc, les fesses ainsi que les seins.

Cette affection de la peau évolue de manière très lente, mais peut se développer jusqu'à se manifester sur l'entièreté de la peau. Le traitement est adapté en fonction de l'évolution de la maladie et, dans le cas de ce cancer de la peau, s'il est diagnostiqué relativement tôt, il peut donner lieu à une PUVA-thérapie. Couplée à l'usage d'un médicament photosensibilisant, l'utilisation des ultraviolets A vise à irradier le corps, ce qui n'est pas sans risque.

Contre-indications et effets secondaires des rayons ultraviolets A

Dans certains cas, comme la découverte d'un lymphome T cutané, le traitement d'un cancer de la peau par rayons UVA s'avère pertinent. Toutefois, cette approche n'est réellement recommandée et pertinente que dans des cas bien spécifiques. Il faut en effet savoir que le recours à une cure d'exposition à des ultraviolets de catégorie A peut avoir un impact négatif sur la santé. Et ce, à moyen ou long terme. Prendre la décision de s'exposer à des UV A nécessite donc une évaluation primordiale de la balance bénéfice-risque.

Avant d'envisager un traitement par irradiation, il est important de savoir qu'une séance impliquant des rayons de catégorie A fait l'objet de contre-indications dans les cas suivants :

  • femmes enceintes ou en phase d'allaitement;
  • problèmes rénaux et hépatiques;
  • symptômes cutanés sévères;
  • cancer de la peau.

Ces nombreux cas de figure impliquent en effet trop de risques et sont la raison majeure pour laquelle la PUVA-thérapie n'est possible que sur prescription par un professionnel. Par ailleurs, les consultations de ce type sont prises en charge par la sécurité sociale.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente
Lampe Helios 10 000 Lux
159,90 € 99,90 €
VOIR LE PRODUIT
Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente Lampe Helios 10 000 Lux
VOIR LE PRODUIT