Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

L'acupression : l'essentiel sur cette pratique issue de la médecine chinoise traditionnelle

Posté par Franck

En France, la médecine conventionnelle reste majoritairement plébiscitée, mais les techniques de médecine douce se sont aussi fait leur place. Les enseignements de la médecine chinoise ont notamment permis de voir se développer la pratique de l'acupression.

En quoi consiste cette méthode ? Que peut-on espérer guérir avec l'acupression ? Comment se pratique cette thérapie spécifique ? Comment s'y former ? Voilà autant de questions que se posent les patients potentiels et les personnes curieuses de découvrir de nouvelles manières de soulager leurs maux. Voici donc tout ce qu'il faut savoir pour comprendre l'acupression dans les grandes lignes et pouvoir envisager cette méthode en guise de traitement.

Tout savoir sur l'acupression-1

Quels sont les principes et caractéristiques spécifiques de l'acupression ?

Avant de pratiquer l'acupression, il est essentiel d'en comprendre le fonctionnement. Une formation approfondie en médecine traditionnelle chinoise (MTC) est requise pour en maîtriser toutes les subtilités, mais il est possible d'en saisir les principes généraux à la lecture des quelques lignes suivantes.

La circulation et l'équilibre de l'énergie au centre de la médecine chinoise

L'ensemble des techniques utilisées par les médecins traditionnels chinois repose sur l'idée d'une harmonie. Ainsi, deux forces complémentaires, le yin et le yang, s'opposent dans le monde qui nous entoure, mais aussi à l'intérieur de notre corps. Lorsque l'une ou l'autre de ces forces vient à supplanter l'autre, l'équilibre est mis à mal. C'est ce qui expliquerait certains dysfonctionnements et qui favoriserait l'apparition de maladies.

L'autre élément central dans la médecine venue de Chine, et donc dans l'acupression, est le Qi. Il s'agit d'une énergie vitale, qui circule à travers les méridiens du corps et lui permet d'être en bonne santé. Dès lors que sa circulation est entravée, on peut voir apparaître des douleurs et des troubles psychiques.

En se basant sur ces principes majeurs, la médecine chinoise entend prévenir et guérir les maux en favorisant l'équilibre du yin et du yang et en régulant l'affluence du Qi. Ainsi, en pratiquant l'acupuncture, l'acupression ou la moxibustion, l'idée est d'atteindre les points des méridiens qui influent sur ces équilibres.

Les particularités de l'acupression par rapport aux autres techniques

Pour en savoir plus sur ce qu'est l'acupression et en saisir les applications concrètes, il peut être utile de la comparer aux autres pratiques similaires. Ainsi, alors que l'acupuncture utilise les aiguilles et que la moxibustion se pratique avec des bâtons incandescents, l'acupression fonctionne par pression des doigts. L'acupression se distingue donc par l'absence de matériel lors du déroulement de la séance. Le praticien n'utilise que ses sensations, ses connaissances et son expérience pour stimuler les points d'acupression. Cela en fait également une discipline qu'il est facile à appréhender soi-même et à pratiquer chez soi, alors que l'acupuncture et la moxibustion ne peuvent être réalisées qu'avec le concours d'un professionnel de santé.

L'idée centrale reste toutefois la même avec les 3 techniques : la stimulation des points désignés comme étant des "portes d'accès" aux méridiens dans lesquels circule le Qi.

Bon à savoir : l'acupression ne doit pas être confondue avec le shiatsu, qui est une technique de massage d'origine japonaise. Le traitement est par ailleurs envisagé de façon plus globale, en agissant sur l'ensemble des méridiens plutôt que sur des points bien précis.

Quelles douleurs, gênes et maladies peut-on soigner avec cette technique ?

Les études scientifiques au sujet de l'acupuncture et de l'acupression en font des méthodes controversées. Leur efficacité peut varier d'un individu à un autre, et en France, elles ne sont considérées que comme des suppléments à la médecine traditionnelle. Toutefois, selon les croyances et l'expérience multiséculaire de la médecine chinoise, l'acupression peut soigner bien des maux et favoriser une bonne santé. Alors concrètement, que permet de traiter l'acupression ? Nous faisons le point sur les différentes indications de ce type de traitement.

Soulager les douleurs par l'acupression

L'acupression prétend pouvoir alléger un bon nombre de douleurs, qu'elles soient de nature musculaire ou articulaire, aigà¼es ou chroniques, localisées ou plus étendues, etc.

En libérant les tensions provoquées par un blocage du Qi, on peut ainsi espérer soigner :

  • le mal de dos;
  • les tensions dans la nuque;
  • les maux de tête et les migraines;
  • les douleurs dans les oreilles;
  • les douleurs dentaires et gingivales;
  • les crampes abdominales;
  • la douleur à l'épaule, etc.

Quelle que soit la cause de la douleur (inflammation, blessure, arthrose, menstruations, etc.), il semble ainsi possible de la soulager, et dans le meilleur des cas, de la faire disparaître.

Cela se confirme d'ailleurs par le droit à exercer l'acupuncture pour les sages-femmes, afin de soulager les douleurs liées à la grossesse et à l'accouchement.

Réduire les troubles liés au stress grâce à la stimulation des points d'acupression

En redonnant au corps l'harmonie dont il a besoin, l'acupression a également vocation à soulager stress, anxiété, dépression, et tous les bouleversements qui en découlent. Associée à une respiration lente et maîtrisée, cette technique fait office de véritable thérapie pour certains patients. Elle s'avère même parfois bien plus efficace que des méthodes plus traditionnelles, comme la prise de médicaments.

Plusieurs types d'émotions peuvent être prises en charge et mieux gérées grâce à l'acupression. On pense à l'anxiété chronique, à la tristesse, à la confusion, à l'hyperactivité, aux pensées obsessives, etc. Réussir à venir à bout de ces perturbations va non seulement aide le patient à se sentir mieux, mais aussi régler d'autres problématiques. Car on le sait, le stress est la cause de bien d'autres pathologies, plus ou moins graves (troubles du sommeil, problèmes cutanés, affaiblissement du système immunitaire, etc.).

On peut alors envisager un traitement de fond en lien avec un praticien ou réaliser des séances d'acupression seul ou accompagné lors des périodes propices au stress. Les techniques de massage qui accompagnent parfois l'acupression seront également de vrais atouts pour favoriser le délassement.

Prévenir et guérir les maux de l'hiver avec des séances de digitopuncture

Fièvre, toux, sinusite, voix enrouée, nez bouché, otite : lorsque le froid fait son retour, il n'est pas rare de subir un ou plusieurs de ces symptômes. L'acupression peut être d'une grande aide, car plusieurs méridiens agissent sur les voies respiratoires, des poumons jusqu'au visage. Il s'agit en particulier des méridiens du poumon, du rein, de la vessie et du gros intestin. Ils sont d'ailleurs aussi impliqués dans les problèmes d'asthme, d'essoufflement, de palpitations, etc.

En exerçant une pression sur les points adéquats, le praticien va alors permettre au Qi de circuler, de sorte à décongestionner, à faire baisser la fièvre et à calmer les irritations.

Soigner les troubles digestifs par pression des points d'acupuncture

La digestion et tous les dysfonctionnements afférents au système digestif (ballonnements, nausées ou constipation par exemple) sont aussi régulés par l'énergie qui circule dans le corps.

Par l'accès à des méridiens directement reliés à la digestion, comme celui de l'estomac, il est ainsi possible de vaincre diarrhées, constipations et douleurs abdominales. Mais d'autres méridiens ont également un rôle à jouer, comme ceux de la rate pancréas, du foie, du gros intestin et de l'intestin grêle notamment. Ils comportent de nombreux points dont la stimulation aide au bon fonctionnement du métabolisme, à la régulation des problèmes digestifs, au soulagement des brûlures d'estomac, à l'arrêt des vomissements, etc.

Tout savoir sur l'acupression-2

Comment stimuler les points d'acupression ?

Pour qu'une séance d'acupression ait un réel effet bénéfique, il faut connaître précisément la localisation et la fonction des points sur lesquels exercer une pression. Puisqu'il en existe plus de 360, on comprend aisément que l'on ne s'improvise pas acupresseur en quelques heures. D'autant que ces points sont répartis sur l'ensemble du corps : poignet, main, nuque, visage, pied, avant-bras, etc.

Toutefois, lorsque l'on sait précisément quel mal on souhaite guérir et sur quels méridiens il faut travailler, quelques recherches peuvent suffire à déterminer quels sont les points d'acupression à solliciter. Mais entre la théorie et la pratique, il y a parfois un fossé ! Il n'est en effet pas toujours facile de trouver un point en lisant des consignes simplistes telles que "pressez le point sous la rotule" ou "appuyez entre votre index et votre pouce".

C'est pour cela que la médecine chinoise utilise une unité de mesure bien spécifique : le Cun. Il s'agit d'un système qui se base sur la proportion du corps du patient, afin de déterminer à quelles distances de chaque extrémité ou articulation se trouvent les points d'acupression. Par exemple, le point 2C du méridien du coeur se situe à 3 Cun au-dessus du pli inférieur du coude, soit à une distance représentant la largeur de 4 doigts serrés (index, majeur, annulaire et auriculaire). Pour bien localiser les points en se servant des Cun, il est important d'avoir de bonnes connaissances en anatomie. En effet, le point de départ de la mesure fait le plus souvent référence à une articulation ou à un muscle.

Si pouvoir déterminer la localisation précise théorique des points est nécessaire, il ne faut pas oublier l'importance des sensations dans la pratique de l'acupression. Ressentir la présence d'un creux, d'une tension, d'un tendon, permet de savoir exactement là où appuyer.

Enfin, la stimulation des points d'acupression requiert également une maîtrise des techniques de pression et de massage. Il s'agit parfois d'une pression continue exercée durant plusieurs minutes sur le point, parfois de l'application de mouvements circulaires en complément de la pression ou encore de percussions répétées.

Comment pratiquer la digitopuncture à domicile ?

Bien qu'il faille certaines connaissances indispensables pour pratiquer l'acupression, cette technique a l'avantage d'être facile à apprivoiser pour les maux et douleurs du quotidien. Peut-on soulager toutes les douleurs sans praticien ? Est-ce aussi efficace qu'en cabinet ? Quelles sont les méthodes pour pratiquer cette thérapie à la maison ? Voici quelques réponses à ces questions clés que beaucoup d'adeptes de la MTC se posent.

Apprendre les bases de l'acupression pour pratiquer seul·e

Plusieurs sites web spécialisés dans la médecine chinoise ou dans la santé offrent quelques astuces pour stimuler des points faciles à trouver. Les livres illustrés sont une autre option intéressante pour en apprendre plus sur les méridiens, l'ensemble des points qu'ils comportent et les effets escomptés de leur stimulation.

Il peut également être intéressant de demander les conseils et l'avis de son praticien pour répéter quelques gestes d'acupression à domicile. Il sera le plus à même d'expliquer en pratique quels sont les points à solliciter en fonction du profil de chaque patient. Pratiquer l'acupression chez soi en complément des séances avec un professionnel est d'ailleurs recommandé pour pérenniser leurs effets bénéfiques.

Avec un minimum de connaissances, chacun peut ainsi améliorer la circulation de son énergie et prendre soin de sa santé. Cela ne demande que quelques minutes par jour, et nul besoin d'aiguilles ou de matériel particulier : le pouce et les autres doigts sont les outils ! Bien entendu, certains points sont plus difficiles d'accès ou ne permettent pas d'exercer soi-même une pression efficace (dans le dos ou derrière les cuisses par exemple). Faire appel à un praticien semble alors inévitable dès lors qu'il s'agit de les stimuler.

Bénéficier des apports de l'acupression en utilisant des accessoires

Une autre option est envisageable : se procurer un tapis d'acupression, qui se présente sous une forme de matelas ou de coussin avec de petits picots. Polyvalent, ce type de tapis s'utilise de plusieurs manières : en s'allongeant dessus de dos ou de face, en enroulant le tapis pour le placer au niveau de la nuque, en se mettant debout dessus, en y posant le côté de son visage, etc. Les résultats de l'utilisation des tapis d'acupression sont mitigés, car ils ne permettent pas de cibler un point précis. Toutefois, ils peuvent s'avérer utiles tantôt pour relaxer le corps, le dynamiser, favoriser la circulation sanguine et libérer des endorphines. S'il ne remplace pas les séances avec un acupresseur, le tapis peut ainsi les compléter et aider au bien-être. A condition toutefois de bien choisir son tapis d'acupression !

Il existe aussi d'autres types d'équipements dédiés à l'acupression à domicile. Si le tapis reste le plus plébiscité, on peut donc également se procurer des tapis spécifiques pour la réflexologie, des bandanas pour la stimulation des points au niveau de la tête, des bagues d'acupression pour solliciter les points des doigts, etc. Attention toutefois aux "gadgets" qui surfent sur la vague de l'acupression et du shiatsu, mais dont l'efficacité thérapeutique est loin d'être prouvée.

Comment devenir praticien en acupression ?

En France, la médecine traditionnelle chinoise n'est pas totalement reconnue : seule la pratique de l'acupuncture est véritablement encadrée et enseignée, et peut ainsi officiellement être dispensée par des médecins et des sages-femmes. C'est d'ailleurs l'un des meilleurs moyens d'avoir accès aux connaissances fondamentales pour la pratique de l'acupression (principes du yin et du yang, méthodes de diagnostic, fonctionnement des méridiens, visée thérapeutique de la médecine chinoise, etc.).

Mais lorsque l'on ne fait pas partie du cursus universitaire de médecine, comment se faire former à l'acupression ? Il existe plusieurs écoles et centres proposant des formations payantes sur plusieurs dizaines d'heures ou des initiations plus courtes. A la fin du programme, un certificat est remis aux élèves : il s'agit d'une preuve qu'ils ont participé aux cours et qu'ils ont validé un certain niveau de connaissances et de compétences. Mais attention, il ne s'agit en rien d'un diplôme officiel reconnu par l'Etat, bien que certaines formations soient particulièrement qualitatives. On a plutôt affaire à un prérequis pour pratiquer l'acupression dans les meilleures conditions, avec un maximum d'efficacité et sans mettre en danger la santé des patients. Pouvoir présenter une certification d'une école ou d'un professionnel reconnu·e est aussi une façon de rassurer la patientèle.

Pour suivre des études de digitopuncture plus approfondies et diplômantes, il faudra choisir d'étudier à l'étranger, tout en sachant que là encore, le diplôme n'aura pas de valeur légale en France. Les Etats-Unis proposent par exemple ce type de diplôme, sous le titre de "Certified Acupressure Practitioner". Mais la meilleure façon de s'initier à l'acupression reste la formation dans son pays d'origine : la Chine.

Plusieurs formules y sont alors accessibles : intégration d'un cursus classique de médecine sur plusieurs années, formation de plusieurs semaines spécialement conçue pour les praticiens occidentaux, stage de perfectionnement auprès de médecins chinois, etc.

Point de vigilance : les formations en ligne ne peuvent pas apporter toutes les compétences requises pour devenir praticien en acupressure. Elles aident à comprendre l'aspect théorique, mais elles ne peuvent pas se substituer à des formations en présentiel, où l'on apprend les techniques de massage et l'importance des sensations.