Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

Acupression : la médecine chinoise qui vous veut du bien

Posté par Franck

Maux de dos persistants, situation de stress qui pèse sur votre santé, préparation de votre corps pour la pratique d’un sport : l’acupression permet d’apporter des solutions concrètes pour soulager de nombreuses douleurs et se sentir mieux dans son corps et dans sa tête.

Cette pratique ancienne issue de la médecine traditionnelle chinoise s’appuie sur de nombreux concepts de la pensée orientale : les 5 éléments, le yin et le yang ou bien encore les méridiens.

Similaire à l’acupuncture, puisqu’elle utilise les mêmes points clés, elle se distingue par sa méthode. L’acupression est en effet une méthode manuelle pour stimuler certaines zones stratégiques de votre corps : pas d’aiguilles, mais une simple pression du doigt ou d’autres parties du corps.

Mais alors, pourquoi s’intéresser à cette pratique ? Quels sont les véritables bienfaits de l'acupression ?

Histoire de l’acupression

L’acupression est une technique très ancienne et surtout instinctive. Pour connaître l'histoire de l'acupression, vous pouvez consulter notre article détaillé sur le sujet. Lorsque nous ressentons une douleur, nous avons pour réflexe presque immédiat d’effectuer une légère pression sur la zone de douleur. Vous le faites donc instinctivement lorsque vous souffrez de maux de tête et que vous massez vos tempes par exemple.

Ainsi, les origines de l’acupression sont aussi lointaines et anciennes que notre instinct. Ce sont néanmoins les Chinois qui découvrent il y a plus de 5000 ans les méthodes de l’acupression. La médecine chinoise découvre en effet qu’il est possible de soulager certaines douleurs et d’apporter de nombreux bienfaits à son corps, mais aussi à son esprit, en pressant certains points spécifiques du corps.

Ainsi, l’acupression est mentionnée dans le recueil le plus ancien de médecine chinoise classique : le Huangdi Nei Jing (le Classique Interne de l’Empereur Jaune).

Les méthodes d’acupression se firent connaître vers 530 av. J.-C. La pratique est alors nommée : Tao Yin. Le Tao Yin est l’art de guider les énergies dans le corps pour les faire circuler librement. Cette pratique consiste alors en une série d’automassages et de pression des doigts sur certains points clés du corps.

Le Tao Yin va se développer un peu partout dans le monde asiatique et chaque pays comme le Japon, la Thaïlande et bien sûr la Chine va développer son propre style.

L’acupression : sur quels principes repose-t-elle ?

Pour comprendre l’acupression, il faut d’abord revenir sur les bases fondamentales de la médecine chinoise et orientale.

Les 5 éléments de la médecine chinoise

Toutes les branches de la médecine traditionnelle chinoise suivent la loi des 5 éléments que sont :

  • le bois ;
  • le feu ;
  • la terre ;
  • le métal ;
  • l’eau.

Toujours selon la médecine chinoise, nous sommes toutes et tous constitués de ces 5 éléments bien qu’un seul prédomine. Chacun de ces éléments possède une correspondance avec une couleur, un sens, une humeur, un sentiment, ou encore une saison.

Le Yin et le Yang : un équilibre à trouver

En parallèle, l’acupression repose également sur le Yin et le Yang. Le Yin et le Yang sont deux forces opposées, mais complémentaires, qui se repoussent et s’attirent constamment. Ces deux forces permettent de créer un équilibre, une énergie vitale appelée le Chi (ou Qi).

Pour la médecine chinoise, certains organes de notre corps sont Yin comme les poumons, les reins ou le cœur tandis que d’autres sont Yang comme l’estomac, la vessie ou encore la vésicule biliaire.

En cas de déséquilibre entre les forces, un diagnostic doit être établi pour trouver la source ou la cause de ce déséquilibre. Ainsi, il sera possible de trouver les bons points et les bonnes zones à travailler grâce à l’accupression.

Méridiens : les 12 canaux énergétiques

Enfin, l’acupression est basée sur les méridiens. En effet, selon la médecine orientale qui adopte une approche holistique, tous les éléments de notre organisme sont intimement liés et interdépendants.

Pour maintenir l’harmonie de l’énergie vitale dans le corps (le Chi), l’acupression utilise les systèmes méridiens. Les méridiens sont un réseau complexe par lequel le Chi circule pour atteindre toutes les parties de notre corps. Ainsi, les méridiens établissent des connexions entre les viscères de notre organisme et les points d’acupuncture à la surface de notre corps.

La théorie des méridiens ne possède aucun équivalent occidental et s’est construite de manière empirique. Certains aspects de cette théorie peuvent néanmoins faire référence aux systèmes circulaires, lymphatiques, nerveux ou musculaires qui nous sont plus familiers en Occident.

Ainsi, selon la théorie des méridiens, l’acupression influe sur 12 canaux énergétiques par lequel le Chi circule. Il passe alors par 6 organes (Yin) et 6 viscères (Yang) :

  • l’estomac (yang) avec la rate (yin) ;
  • le cœur (yin) avec l’intestin grêle (yang) ;
  • les poumons (yin) avec le gros intestin (yang) ;
  • la vésicule biliaire (yang) et le foie (yin) ;
  • la vessie (yang) et les reins (yin) ;
  • le maître du cœur (yin) et le triple réchauffeur (yang).

Les recherches scientifiques sur l’acupression

Pour les Occidentaux, cette façon d’interpréter la médecine est parfois difficile à cerner. Bien que nous nous intéressions de plus en plus aux bienfaits des médecines douces et des médecines orientales, nous avons plutôt l’habitude de raisonner de manière cartésienne et de nous en remettre à la science.

Mais l’acupuncture a également fait ses preuves scientifiquement. En effet, l’effet de l’acupuncture et l’acupression s’explique par l’action de plusieurs systèmes biologiques du corps comme celui du système nerveux, du système hormonal, du système vasculaire et du système immunitaire. Plus d'infos sur les recherches scientiques sur l'acupression ici.

Une IRM du cerveau permet notamment de montrer les zones d’activation lors de la stimulation des points et des zones d’acupuncture. De nombreuses branches de la médecine occidentale comme la neurologie, la neuroendocrinologie ou bien encore l’hématologie s’intéressent à l’acupuncture.

Acupression ou acupuncture : une différence de méthode

L’acupression et l’acupuncture sont deux méthodes similaires puisqu’elles utilisent toutes les deux les canaux énergétiques.

Ce qui les différentie est la méthode d’exécution : alors que l’acupuncture utilise des aiguilles pour stimuler les zones et les points clés, l’acupression repose quant à elle sur la pression des doigts (index, pouce, etc.), du coude, des pieds et même parfois d’accessoires comme des balles ou des rouleaux.

Ainsi, l’acupression est moins invasive que l’acupuncture. Elle possède également l’avantage de pouvoir être autopratiquée. C’est en effet un véritable atout pour pouvoir stimuler des zones au moment même de la douleur sans avoir recours à un thérapeute.

Alors, quelles sont les différences entre l'acupuncture et l'acupression ?

Les techniques d’acupression

De nombreuses pratiques utilisent l’acupression. C’est notamment le cas de :

  • la réflexologie,
  • le shiatsu au Japon ;
  • le massage thaïlandais ;
  • le Jin Shin Jyutsu ;
  • l’auriculothérapie.

Comme nous l’avons évoqué, certaines techniques d'acupression peuvent être autopratiquées. Vous pouvez ainsi dès à présent pratiquer l’acupression :

  • sur le poignet : en pressant avec votre pouce au niveau des veines pour lutter contre les nausées, les vertiges ou encore le hoquet ;
  • entre l’index et le pouce : en pinçant la chaire entre ses deux doigts pour lutter contre le stress ;
  • sous le genou : pour lutter contre les nausées et les troubles digestifs ;
  • sur l’avant-bras: juste après le poignet, au niveau des deux tendons en bas du pouce, ce point permet de lutter contre les maux de tête, les maux de dents, les maux de gorge, les douleurs dans la nuque, la toux, l’asthme, la fièvre ou encore les états dépressifs.

Ces 4 zones consistent les principaux points d’acupression, mais il en existe de très nombreux :

  • le point Tai Chong situé entre le 2e et le 3e orteil du pied, deux pouces après l’articulation qui permet de soulager les maux de dos ;
  • le point Whei Zhong au centre de l’arrière du genou qui permet de soulager les sciatiques ;
  • le point Hegu situé sur la chaire entre le pouce et l’index pour soulager les maux de tête ou les douleurs dentaires ;
  • le point Tong Zi Liao situé à l’extrémité externe du sourcil pour également soulager les maux de tête ;
  • le point Lie Que situé sur l’extérieur des avant-bras (deux largeurs de doigt au-dessus du poignet) pour soulager les raideurs du cou ;
  • le point Nei-Kuan situé sur la ligne médiane de l’avant-bras à 3 largeurs de doigt du poignet pour soulager le mal des transports.

Les bienfaits de l’acupression

En stimulant certaines zones et certains points clés du corps, l’acupression permet ainsi de rééquilibrer le Chi, l’énergie vitale. L’acupression agit ainsi que l’état physique, émotionnel et mental. Elle permet de soulager certains maux, d’apaiser certaines douleurs et de se sentir mieux psychologiquement.

À ce titre, l’acupression possède des vertus et des bienfaits dans le cadre de :

  • la gestion du stress : l’acupression permet de détendre les tensions nerveuses et lutter contre les angoisses ;
  • les maux de dos : en permettant de relâcher les tensions, l’acupression soulagera les maux de dos liés à une mauvaise posture ou à une blessure ;
  • le renforcement du système immunitaire: en facilitant la circulation du Chi, l’acupression permet de renforcer le système immunitaire général en neutralisant les énergies négatives qui pourraient causer certains maux ;
  • l’équilibre émotionnel: l’acupression permet de lutter contre le stress, mais aussi la dépression ou encore les phobies ;
  • l’amélioration des performances: stimuler certains méridiens permet de prévenir des blessures dans le cadre de la pratique d’un sport, de renforcer l’endurance physique et d’améliorer la récupération après l’effort.