Livraison Colissimo gratuite !

Livraison Colissimo gratuite !

Histoire de la luminothérapie de l'antiquité à nos jours

Posté par Franck

L'historique de la luminothérapie et de son utilisation à des fins thérapeutiques est un sujet qui prend sa source avant même le début de notre ère.

En effet, de nombreuses civilisations avant nous ont observé et reconnu les bienfaits de l'exposition à la lumière du soleil, faisant bien souvent de l'étoile centrale de notre système solaire une divinité vénérée plus que toute autre.

La longue histoire de la luminothérapie, ou photothérapie, va donc nous mener des premières observations des effets sur l'homme de la lumière naturelle jusqu'aux applications actuelles, en passant par les recherches et découvertes scientifiques déterminantes pour sa reconnaissance et son utilisation pour le traitement de nombreux symptômes.

Les origines de la luminothérapie

Les premières traces concrètes faisant preuve de la compréhension de l'importance de la lumière du soleil pour la santé remontent à 3000 ans en Inde, dans des textes sacrés hindous qui attestent de l'usage thérapeutique instinctif de la lumière du soleil. Par la suite, durant l'Antiquité, des civilisations aussi avancées que les Egyptiens, les Incas et les Grecs ont établi le lien direct reliant la santé de l'homme et la force vitale des rayons du soleil, sans toutefois aller plus loin dans leur raisonnement, faute de connaissances médicales et scientifiques poussées.

En Europe, les premiers représentants de la médecine du 19e siècle ont vu la multiplication des cas de maladies infectieuses chez des patients modestes, vivant dans des logements certes insalubres et surpeuplés, mais aussi très peu éclairés par la lumière naturelle. N'ayant pas de véritables médicaments à leur disposition, ils recommandèrent donc à ces malades, notamment de la tuberculose, de mettre en place des séances d'exposition de leur corps et de leur visage à la lumière du soleil.

Les bienfaits de ce dispositif ne se firent pas attendre. Effectivement, après quelques mois de ce traitement, ils ont pu constater l'efficacité de la méthode, se traduisant par une amélioration du système immunitaire de leurs patients, mais aussi par une diminution des contaminations. L'exposition à la lumière connait donc une première reconnaissance médicale de ses effets positifs sur la santé globale des hommes et des femmes, sans pour autant lui donner un nom ni comprendre les notions d'horloge biologique interne, de rythme et cycle du sommeil ou de sécrétion de mélatonine, qui viendront bien plus tard, comme nous allons le constater dans la suite de cette page.

L'invention de la photothérapie

Le début du 20e siècle est marqué par les travaux d'un docteur danois, Niels Finsen, considéré comme l'inventeur de la photothérapie, qui deviendra par la suite la luxthérapie (le lux étant l'unité de mesure de l'intensité de la lumière), puis la luminothérapie de nos jours.

Les années de recherches et d'expérimentations de Niels Finsen sur les effets de la lumière et de ses différentes couleurs (ultraviolets et infrarouges) sur le corps humain lui permirent de déduire que l'utilisation de la photothérapie aide au traitement des symptômes de maladies infectieuses comme la variole et améliore la santé de patients touchés par le lupus tuberculeux. La communauté scientifique accueille très favorablement ces résultats, au point de lui décerner le Prix Nobel de médecine en 1903.

En France, l'utilisation de la photothérapie se démocratise progressivement à partir de 1920, avec les solariums et les bains de soleil prescrits à des patients présentant des troubles du système immunitaire ou des symptômes de fatigue inexpliquée. En dépit des bienfaits constatés, la photothérapie n'est pas particulièrement mise en avant par le corps médical, qui découvre au même moment la thérapie par les antibiotiques (découverte de la pénicilline) et la vaccination systématique de la population.

Néanmoins, la luminothérapie ne tombe pas totalement dans l'oubli, puisqu'à partir de 1950 la lumière bleue est utilisée avec succès dans les maternités pour lutter contre les effets de l'ictère du nourrisson, la jaunisse. Un dispositif qui est toujours en vigueur de nos jours.

La première lampe et le premier appareil de luminothérapie

C'est en 1984 que la luminothérapie moderne connait une évolution qui marquera définitivement son entrée dans les cliniques. Aux Etats-Unis, le professeur Norman E. Rosenberg et ses collègues du National Institute of Mental Health partent du principe que l'absence d'exposition à la lumière du soleil entraine des dépressions chez la population.

Ils décident donc de fournir de la lumière artificielle à des patients atteints de dépression en recouvrant de plastique une lampe fluorescente, créant ainsi le premier appareil de luminothérapie et obtenant des résultats spectaculaires en proposant une exposition quotidienne de quelques minutes face à la lampe. L'invention de ce premier appareil s'accompagne d'une véritable avancée médicale, puisque le terme de dépression saisonnière voit le jour, face au constat de l'augmentation des symptômes de dépression durant l'hiver.

En dépit des bienfaits de l'exposition à la lumière, il faut attendre 2005 pour voir le collège américain de psychiatrie reconnaitre officiellement l'efficacité de la luminothérapie comme traitement contre la dépression saisonnière, contre certains troubles du sommeil et, finalement, contre la dépression non engendrée par le retour annuel de l'hiver.

Les lampes actuelles de luminothérapie

De nos jours, le protocole d'utilisation de la thérapie par lumière artificielle est parfaitement établi et démontre ses effets positifs dans plusieurs domaines. La psychothérapie (contre la dépression et la dépression saisonnière), la dermatologie (contre les imperfections de la peau et l'acné sévère) et, plus généralement, pour apporter une solution non invasive aux troubles du sommeil, au dérèglement de l'horloge interne ou au décalage horaire des voyageurs changeant fréquemment de fuseaux horaires.

Pour ce faire, il convient d'exposer son visage à une lampe de luminothérapie, appareil conçu pour émettre une lumière artificielle de 10000 lux, avec une température de couleur comprise entre 5500 et 6500 Kelvins. Pour rappel, le soleil affiche une température de 5900 K lorsqu'il se trouve à son zénith. L'efficacité d'une lampe de luminothérapie tient donc dans sa capacité à reproduire le spectre lumineux du soleil, mais sans ultraviolets, nocifs pour la peau et la cornée.

L'utilisation des lampes de luminothérapie se fait en tenant compte de la quantité de lux diffusés, 10000 lux le plus souvent, pour déterminer la durée de chaque séance d'exposition.

Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente
Lampe Helios 10 000 Lux
129,90 € 179,90 €
VOIR LE PRODUIT
Lampe HELIOS 10 000 LUX
Meilleure vente Lampe Helios 10 000 Lux
VOIR LE PRODUIT